V.L.B., lecteur de Ferron: La construction d'une figure mythologique

jacques Pelletier

Résumé


Nous savions depuis longtemps, bien avant la publication du pélerinage consacré récemment au docteur Ferron, que V.L.B. entretient un véritable culte pour l'oeuvre et la personne de l'écrivain qu'il considère le plus important de la littérature
québécoise contemporaine. Il l'a dit et répété à de nombreuses reprises dans des entrevues accordées au fil des années à des revues et journaux depuis sa venue à l'écriture à la fin des années 1960. [...]


Texte intégral :

PDF

Références


Article repris dans Victor-Lévy Beaulieu, Entre la sainteté et le

terrorisme, Montréal, V.L.B. éditèur, 1984, p. 146.

Ibidem, p. 148.

Victor-Lévy Beaulieu, Pour saluer Victor Hugo, Montréal, Éditions du

Jour, 1971, p. 193.

Ibidem, pp. 193-194.

Victor-Lévy Beaulieu, Jack Kérouac, essai-poulet, Montréal, Éditions

du Jour, 1972, p. 231.

Texte reproduit sur la page couverture arrière de l'édition V.L.B. éditeur

des Grands-Pères, en 1979.

Victor-Lévy Beaulieu, «Donoso et Marquez, cette grande leçon pour les

romanciers québécois», Le Devoir, 8 septembre 1973. Repris dans

Entre la sainteté et le terrorisme, op. cit., p. 280.

Victor-Lévy Beaulieu, «La générosité de l'écrivain», Maintenant,

février 1971. Repris dans Entre la sainteté et le terrorisme, op.cit., p.

Idem.

Jacques Ferron, Le Ciel de Québec, Montréal, édition V.L.B. éditeur,

,

p. 138.

Victor-Lévy Beaulieu, Le Manuel de la petite littérature du Québec,

Montréal,L'Aurore, 1974, p. 11.

Ferron occupe également d'autres fonctions, plus modestes si l'on veut,

dans l'oeuvre de V.L.B. Ainsi par exemple on le retrouve comme

médecin humaniste et sceptique quant aux possibiités de révolutionner

le monde dans Cérémonial pour l'assassinat d'un ministre publié en 1978. Et comment ne pas le reconnaître sous la transposition, le

déguisement, dans le personnage de Philippe Couture, cet être double,

homme d'affaires le jour et poète la nuit dans L'Héritage, l'homme

respectable le notable faisant ici aussi vivre l'homme de l'écriture, de

l'absolu.

Victor-Lévy Beaulieu, N'évoque plus que le désenchantement de ta

ténèbre, mon si pauvre Abel, Montréal, V.L.B. éditeur, 1976, p. 151.

Idem.

Victor-Lévy Beaulieu, La Tête de Monsieur Ferron ou Les Chians,

Montréal, V.L.B. éditeur, 1979, p. 11.

Ibidem, p. 14.

7 Ibidem, p. 15.

Victor-Lévy Beaulieu, Docteur Ferron, pèlerinage, Montréal, Stanké,

, pp. 300-302.

Ibidem, p. 12.

Ibidem, p. 24.

Ibidem, p. 26. Cette scène étrange, on en trouve déjà une première

formulation dans Satan Belhumeur publié dix ans plus tôt. En

reprenant les grandes lignes,. le texte de 1991 insiste davantage,

toutefois, sur les rapports de filiation des deux écrivains et accentue la

dimension «paternelle» du personnage de Ferron. Là encore on notera

comment tout, chez V.L.B., remonte loin, s'inscrit dans une origine à

laquelle il ne cesse de revenir dans· un perpétuel mouvement d'allerretour

qui le ramène toujours à une sorte de temps premier du monde et

de l'oeuvre. Re. Satan Belhumeur, Montréal, V.L.B. éditeur, 1981, p.

Ibidem, p. 341.

Ibidem, pp. 408-409.


Renvois

  • Il n'y a présentement aucun renvoi.