« Ce que j'aime dire: nous », esthétique du groupe chez Drieu la Rochelle

Michel Lacroix

Résumé


Pour imposer son oeuvre, attirer sur elle les regards du public, l'écrivain de l'«ère des avant-gardes » commençait le plus souvent par troquer sa signature
individuelle pour un nom de combat collectif. « Naturiste », «fantaisiste» ou «unanimiste» avant que d'être Saint-Georges de Bouhélier, Francis Carco ou René
Arcos, il se réclamait d'un « nous » dans l'espoir que sa notoriété rejaillisse sur son nom propre. (...)


Texte intégral :

PDF

Renvois

  • Il n'y a présentement aucun renvoi.